PROJET AUTOBLOG


Planet Libre - Feed

Site original : Planet Libre - Feed

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Jean-Pierre Morfin : Transformer Dolibarr en serveur CalDAV/CardDAV

lundi 13 mai 2019 à 14:24
Logo module CDAV

Dolibarr est un Progiciel de Gestion Intégré (P.G.I.), il est développé par une grande communauté d'utilisateurs francophones spécialement dédié aux TPE/PME, indépendants, auto-entrepreneurs et associations. C'est un logiciel libre fonctionnant dans un environnement PHP/MySQL.

Dolibarr s'utilise au travers d'un simple navigateur web comme Mozilla Firefox et est accessible par tous les postes Windows, Mac ou GNU/Linux du réseau local.

Son utilisation depuis le terrain à partir d'un téléphone n'est pas idéal compte tenu de la taille des écrans, et de la nécessité à être connecté.e au serveur. Ce constat nous a motivé à créer un module Dolibarr qui permet d'utiliser les applications natives des smartphones et tablettes : carnets d'adresses, agenda, todo list. Habitués à la synchronisation de ces éléments avec différents services comme Owncloud/Nextcloud, créer un serveur CalDAV et CardDAV permettant d'accéder à ses données d'entreprise était une évidence. C'est ce que fait le module CDAV en s'appuyant sur la bibliothèque PHP de référence : Sabre/DAV.

Après avoir installé ce module sur votre instance Dolibarr, les utilisateurs vont pouvoir, à l'aide d'une url fournie par le module et de leurs identifiants Dolibarr, connecter leurs appareils Android et iOS mais aussi n'importe quel logiciel prenant en charge les protocoles CalDAV et/ou CardDAV. Parmi ceux-ci, on remarquera l'application de bureau Thunderbird grâce aux extensions Lightning, TBSync et sa sous extension pour ces protocoles.

Après synchronisation, on a ainsi accès, même en mode déconnecté, aux informations des contacts Dolibarr, de son agenda et de ses tâches de projet. La synchronisation est bidirectionnelle et les modifications des informations sur le terrain seront rapatriées sur Dolibarr lors de la prochaine synchronisation. Les utilisateurs Dolibarr ayant accès aux agendas des autres collaborateurs pourront aussi synchroniser ces données dans des calendriers séparés.

Pour aller plus loin, le module CDAV a la capacité de générer des tâches de projet à partir des documents de type commandes ou propositions rattachés à un projet à partir des lignes de type service qu'ils contiennent. Lors de la validation d'un projet, CDAV crée des tâches débutant à la date de début du projet. Il est alors facile de les déplacer dans le temps, de changer leur affectation à partir de Thunderbird et d'organiser le planning de l'entreprise

Befox a des clients qui utilisent ce module pour gérer les interventions de leurs techniciens qui retrouvent sur le terrain leur planning, les tâches à réaliser, les coordonnées de leurs clients et peuvent saisir facilement leur compte rendu d'intervention en validant les tâches dans l'application Android Open Tasks. Le suivi d'un projet dans Dolibarr prend alors tout son sens, surtout avec des équipes mobiles. La synchronisation Android est assuré par l'application DAVx⁵ aussi disponible sur F-Droid

Pour soutenir ce projet libre, le module CDAV est aussi disponible sur la place de marché Dolistore

Gravatar de Jean-Pierre Morfin
Original post of Jean-Pierre Morfin.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Eddy33 : Fedora 30 vs Fedora 29 : comparaison des performances pour les versions 64 bits

lundi 13 mai 2019 à 08:48

Salut.

Voici les résultats comparatifs de Fedora 30 vs Fedora 29.

Pour rappel, ma machine est équipée d'un Quad Core Intel Q6600 à 2,4 GHz avec 4 Go de RAM.

Je me suis limité au benchmark UnixBench qui fournit un indice global, ce qui me simplifiera la comparaison. La version UnixBench utilisée est la version 4.1.0.

Mon protocole de tests est le suivant :
Voici les résultats obtenus :

Fedora 30 version 64 bits :

Série 1 : 603.2
Série 2 : 612.5
Série 3 : 620.0
Série 4 : 620.0
Série 5 : 605.6
Série 6 : 605.2
Série 7 : 605.4
Série 8 : 611.3
Série 9 : 614.1
Série 10 : 609.5

Moyenne : 610,7

Fedora 29 version 64 bits :

Voici pour rappel les résultats obtenus avec Fedora 29 :
Série 1 : 607.9
Série 2 : 623.7
Série 3 : 624.0
Série 4 : 635.0
Série 5 : 615.2
Série 6 : 614.8
Série 7 : 626.2
Série 8 : 631.6
Série 9 : 623.6
Série 10 : 619.5

Moyenne : 622,1

Résultats :

Pour Fedora 30, on obtient un indice moyen de 610,7 pour UnixBench.
Pour Fedora 29, j'avais obtenu un indice moyen de 622,1 pour UnixBench.


On a donc une baisse de 1,8 % de Fedora 30 64 bits par rapport à Fedora 29 64 bits :

perfs_fedora_F30.png

Conclusion :


Au moment de ces tests, le noyau Fedora 30 (basé sur le noyau vanilla 5.0.9) est un peu moins performant de 1,8 % que le noyau Fedora 29 (basé sur le noyau vanilla 4.18.16).

++

Gravatar de Eddy33
Original post of Eddy33.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Journal du hacker : Liens intéressants Journal du hacker semaine #19

lundi 13 mai 2019 à 00:01

Pour la 19ème semaine de l'année 2019, voici 10 liens intéressants que vous avez peut-être ratés, relayés par le Journal du hacker, votre source d’informations pour le Logiciel Libre francophone !

Pour ne plus rater aucun article de la communauté francophone, voici :

De plus le site web du Journal du hacker est « adaptatif (responsive) ». N’hésitez pas à le consulter depuis votre smartphone ou votre tablette !

Le Journal du hacker fonctionne de manière collaborative, grâce à la participation de ses membres. Rejoignez-nous pour proposer vos contenus à partager avec la communauté du Logiciel Libre francophone et faire connaître vos projets !

Et vous ? Qu’avez-vous pensé de ces articles ? N’hésitez pas à réagir directement dans les commentaires de l’article sur le Journal du hacker :)

Gravatar de Journal du hacker
Original post of Journal du hacker.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

antistress : Les trucs que j'aurais aimé connaître dès mes débuts en informatique pour éviter de galérer

dimanche 12 mai 2019 à 17:54

Microphone

Il y a des trucs qu'on aurait aimé savoir dès le début pour éviter de galérer, et d'autres qu'on aurait aimé savoir avant qu'il ne soit trop tard... Petite liste basée sur mon expérience personnelle ;)

Règles d'hygiène numérique

Prenez le temps de vous créer plusieurs adresses électroniques

La règle de base est déjà d'avoir une adresse indépendante de son FAI, afin de pouvoir la conserver en changeant de FAI.

Ensuite il vous faut plusieurs adresses pour ne pas voir votre adresse principale envahie par les publicités et messages indésirables. Par exemple j'en ai quatre : professionnelle, personnelle, achats en ligne et autres relations commerciales, geekeries sous pseudonymat. Vous pouvez en prévoir une cinquième comme adresse poubelle.

Vous jonglerez facilement entre toutes ces adresses avec un logiciel multi-comptes comme Thunderbird (pour lequel je donne quelques astuces ci-après).

Prenez le temps d'organiser votre disque dur

Que ceux qui stockent tout dans le dossier Téléchargements lèvent la main ! C'est le réflexe que nous avons quand nous ne savons pas comment faire autrement.

Je conseille plutôt de faire usage des dossiers xdg-user-dirs : ce sont des dossiers standards sous GNU/Linux nommés Documents, Images, Musique, Téléchargements, Vidéos.

Dans le détail :

Prenez le temps de configurer un système de sauvegardes (ne comptez pas sur la chance)

Ce point a un rapport direct avec un des paragraphes suivants où j'évoque le cas de l'effacement inopiné du disque dur... De même qu'on se décide à poser un système d'alarmes après avoir été cambriolé, c'est après avoir perdu ses données qu'on pense à un système de sauvegarde ;)

Avec un logiciel comme GNOME Sauvegardes alias Déjà Dup (basé sur duplicity) qui vous prend par la main, franchement, il ne reste pas grand chose à expliquer : choisissez les dossiers à sauvegarder (facile si vous avez pris le temps d'organiser votre disque dur comme indiqué au paragraphe précédent !), où vous souhaitez écrire la sauvegarde, et si vous souhaitez protéger votre sauvegarde avec un mot de passe. Après votre choix se fera entre lancer les sauvegardes à la main (mon choix) ou automatiquement.
À noter : la première sauvegarde peut prendre du temps car le logiciel doit tout copier (et compresser). Ensuite, il n'écrira plus que les différences avec la copie précédente.
Pour la restauration, deux possibilités : tout restaurer depuis l'interface du logiciel ; restaurer le(s) fichier(s) manquant(s) depuis Nautilus (entrée « Restauration des fichiers manquants... » du menu contextuel).

Pour ma part, j'ai limité la sauvegarde à mon dossier /home (notamment pour les profils de logiciels comme Firefox et Thunderbird) (mais en excluant les sous dossiers /.cache et /.thumbnails), mon dossier Documents et mon dossier Images/Photos.

Prenez le temps de compartimenter votre navigation sur le Web

Exactement comme pour les adresses électroniques, il est sage de compartimenter la navigation à la fois pour limiter le pistage en ligne et pour réduire les risque de sécurité (en évitant d'ouvrir n'importe quel onglet à côté de celui de votre banque par exemple).

Comme détaillé dans ce billet, j'ai pour ma part fait le choix de créer plusieurs profils sous Firefox : surf (profil par défaut), shopping, travail, finances, séries TV et invité (un profil qui ne garde aucune trace de navigation).

Une autre possibilité est de recourir à une fonctionnalité récente de Firefox : les onglets contextuels. Tout est expliqué sur blog.mozfr.org.

Dépannage

Au secours, j'ai formaté par erreur la mauvaise partition du disque !

Ben oui, ça arrive même aux meilleurs ;)
C'est fou le temps qu'on perd en voulant aller vite !

Bon, ce qu'il faut savoir dans ce cas là, c'est qu'il ne faut surtout rien écrire sur le disque. Tant que vous n'écrasez pas vos données avec de nouvelles, c'est récupérable. Différents outils géniaux existent sous GNU/Linux pour vous sauver la mise.

Commencez par tester votre partition avec la commande :
fsck /dev/nom_de_la_partition_qui_pose_problème

Tentez de réparer la table des partitions avec TestDisk. Si ça ne fonctionne pas, passez à l'étape supérieure : essayez de récupérer vos données avec dd_rescue. Attention, sous Debian gddrescue (dont la commande dans un terminal est ddrescue) remplace dorénavant ddrescue (dont la commande dans un terminal est dd_rescue)...

Dernière possibilité à ma connaissance : utilisez des outils spécialisés dans la récupération de photos, vidéos etc. : PhotoRec (lire aussi ce billet), Foremost et ForemostGUI.

Et peut être surtout : repérez bien vos partitions avant de travailler dessus. Sous GNOME nous n'avons aucune excuse car il y un outil graphique très complet nommé Disques que je ne peux que vous conseiller d'utiliser avant d'agir.

Astuces

Sous Thunderbird, effacer n'est pas jouer

Sous Thunderbird je ne comprenais pas pourquoi le logiciel était devenu si lourd, même après avoir fait le ménage dans mes messages.
Puis, un jour, Thunderbird a commencé à me demander si je voulais compacter mes dossiers. Lassé de répondre non à chaque lancement (!) je me suis décidé à lancer une recherche sur le web à ce sujet. Surprise : le « compactage » consiste à effacer réellement les messages supprimés, un peu comme vider la corbeille de votre OS. Reconnaissons que cela n'avait rien d'évident !
Résultat, après compactage, vous retrouvez un Thunderbird réactif et de l'espace disque :)
Plus d'explications ici.

Affichez les messages sous forme de discussion dans Thunderbird ?

C'est possible, et sans extension.

Sous Debian, les paquets téléchargés pour être installés restent stockés sur le disque Dieu sait pourquoi

Une simple commande, sudo apt-get clean, vous nettoie tout cela (techniquement, elle vide le répertoire /var/cache/apt/archives).

D'autres commandes utiles pour entretenir votre Debian : sudo apt autoremove va supprimer les dépendances qui ne sont plus utilisées, et, si vous avez installé des logiciels via Flatpak, la commande flatpak uninstall --unused est utile pour nettoyer les environnements d'exécutions qui ne sont plus utilisés par les applications Fatpak.

Récupérer facilement un son ou une vidéo quelque part sur le Web

Un replay sur Arte, un podcast sur France Inter... Sous GNU/Linux existe un outil formidable, puissant et simple, en ligne de commande : youtube-dl (tuto). Ha oui, et n'oubliez pas la fonction très pratique d'autocomplétion du terminal (saisir les premières lettres de l'outil et tabuler pour afficher le nom complet). Du coup, chez moi cela prend quelques secondes et 5 étapes : copier l'url, lancer le terminal, saisir « you », tabuler, coller l'url, valider et voilà.

Convertir des pdf en jpg (ou inversement) sous linux, en 3 secondes ?

C'est possible, avec la commande imagemagick.

Mon fichier vidéo est illisible : je le jette ?

Pas de précipitation : si vous pouvez l'ouvrir dans Avidemux (sous Debian le logiciel peut être installé à partir du dépôt deb-multimedia.org sous le nom avidemux-qt) alors c'est certainement le conteneur qui est endommagé (et non les pistes son et vidéo elles-mêmes). Inutile dans ce cas de tout ré-encoder, il suffit de ré-assembler les pistes son et vidéo dans un fichier correct. Profitez-en pour choisir un conteneur moderne et performant comme le MKV (surtout par rapport à l'antique AVI par exemple) et laissez les champs « Sortie Vidéo » et « Sortie Audio » sur « copy ».

Avidemux est vraiment le couteau suisse de la vidéo sous GNU/Linux (NB : l'équivalent pour le son est Audacity) et vous trouverez d'autres astuces le concernant dans ce billet.

Programmer l'extinction de son système

C'est possible, avec la commande shutdown.

Connaître l'intérieur de son PC sans l'ouvrir

Quelques commandes :
lspci -v listera assez précisément le nom et la marque de votre matériel ;
sudo hdparm -i /dev/sda pour connaître toutes les caractéristiques de votre disque dev/sda (renouveler la commande pour dev/sdb etc.) ;
nano /proc/cpuinfo vous donnera toutes les caractéristiques de votre processeur ;
lspci -nnk | grep -i vga -A2 pour savoir si le pilote graphique est bien installé ;
uname -a pour connaître la version de votre noyau ;
dpkg -s nom_du_paquet | grep ^Version pour connaître, sous Debian, la version d'un paquet donné ;
echo $WAYLAND_DISPLAY pour savoir si votre session tourne sous Wayland (réponse vide = non, "wayland-0" = oui).

Et vous, quelles astuces auriez-vous aimé connaître dès le début ?

NB : Vous trouverez beaucoup de ces astuces, et d'autres, sur ma page Liens utiles que j'essaie de garder à jour.

Gravatar de antistress
Original post of antistress.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Articles similaires

Boutor : Impossible de lancer une mise à niveau Ubuntu

dimanche 12 mai 2019 à 11:27

J’ai eu la mise à niveau de 18.10 vers 19.04 bloquée. Ceci est dû à un paquet non mis à jour et plus proposé à la mise à jour par le gestionnaire de mises à jour.

Ceci est lié à un décochage de sa mise à jour lors d’une précédente mise à jour (par erreur dans mon cas), lorsque le gestionnaire de mise à jour liste les mises à jour disponibles.

Du coup, lorsque le bouton Mise à niveau apparaît dans le gestionnaire de mise à jour, cliquez dessus ne mène à rien.

Pour diagnostiquer le problème, procédez comme suit dans un terminal:
sudo do-release-upgrade

Vous obtenez en retour:

Please install all available updates for your release before upgrading.

Il faut lister les paquets non mis à jour pour forcer leur installation :
apt list --upgradable

Dans mon cas, j’ai obtenu :

calibre/cosmic,cosmic 3.31.0+dfsg-1 all [pouvant être mis à jour depuis : 3.21.0+dfsg-1build1]
N: Il y a une version supplémentaire 1. Veuillez utiliser l’opérande « -a » pour la voir.

Je force sa mise à jour :
sudo apt-get install calibre

Je ferme le terminal et relance le gestionnaire de mise à jour, clique sur le bouton mise à niveau. Et cela fonctionne.

Il faudra bien sûr adapter la mise à niveau de vos paquets selon la liste obtenue.

Gravatar de Boutor
Original post of Boutor.Votez pour ce billet sur Planet Libre.

Can't retrieve feed: file_get_contents(http://www.planet-libre.org/feed.php?type=rss): failed to open stream: Connection timed out